Une hausse des frais d'inscription des étudiants internationaux qui s'oppose aux valeurs de la FNAEL

Le Premier Ministre a annoncé, le lundi 19 novembre. une hausse significative des frais d’inscription des étudiants internationaux non ressortissants de l’Union Européenne par le plan gouvernemental -Bienvenue en France”. Cette augmentation se révèle être à hauteur de 2770 euros pour les étudiants en Licence et de 5770 euros pour les étudiants en Master et en Doctorat.

La FNAEL véhicule des valeurs fortes sur les thématiques de mobilité internationale (entrante comme sortante) et se veut bienveillante, active et humaniste quant à l’accueil des étudiants internationaux sur le territoire français. une multiplication par 15 des frais universitaires ne peut être le symbole d’une France attractive et inclusive de tous et toutes. Cette incohérence, jumelée à la hausse constante du coût de ta vie, au manque d’accessibilité aux bourses du CROUS et à l’acquittement du Visa s’élevant à 7580 euros s’avèrent être des freins supplémentaires à la mobilité internationale entrante.

Les étudiants en Langues. acteurs et fruits de la mobilité, ne peuvent concevoir une hausse des frais d’inscriptions discriminante aux antipodes de leurs valeurs. La mobilité internationale se doit d’être encouragée et des moyens doivent être déployés pour faciliter l’accès à l’enseignement supérieur et à la recherche française aux étudiants extracommunautaires.

La FNAEL s’oppose fermement à tette annonce et appelle le gouvernement à abandonner cette volonté d’augmentation des frais d’inscription ainsi que la suppression des coûts exorbitants déboursés par les étudiants tors de l’acquisition d’un Visa.

Nous revendiquons un CROUS à guichet unique, polyglotte et soucieux de l’inclusion des Jeunes internationaux dans notre société. La FNAEL demande un investissement conséquent du gouvernement dans le réseau des œuvres, afin de palier à la précarité grandissante des étudiants internationaux en reconsidérant les modalités d’ai des financières actuelles du CROUS dans l’optique d’ouvrir le système de bourses aux étudiants issus de la mobilité.