Certifications linguistiques : un pas de plus vers la privatisation de l'Enseignement Supérieur

Le 3 avril 2020 un arrêté relatif à la certification en langue anglaise pour les candidat.e.s inscrit.e.s aux diplômes nationaux de licence, de licence professionnelle et au diplôme universitaire de technologie a été publié au Journal Officiel.

 

Il est précisé dans cet arrêté, comme dans la réforme d’origine, que l’ensemble des étudiant.e.s devra à terme passer un test d’anglais. Cependant, il est également indiqué qu’il suffira simplement de se rendre à l’examen afin de se voir délivrer la certification linguistique, il n’est donc en aucun cas question de développement de compétences linguistiques. De même, nous ne savons pas à l’heure actuelle si l’État prendra intégralement en charge les frais engagés pour le passage des certifications.

 

La FNAEL se positionne contre ce projet. Nous devons revoir le système éducatif français en termes d’apprentissage des langues. De plus, nous demandons à ce que les certifications développées soient publiques, et non privées. Nous espérons par ailleurs fortement que le coût de ces certifications sera à la charge de l’État

Les certifications linguistiques : un pansement sur une jambe de bois

La FNAEL, ainsi que la FAGE, se positionnent contre la réforme du gouvernement concernant les certifications linguistiques. À travers ce projet le gouvernement souhaite imposer à terme à tous les étudiant.e.s le passage d’un test d’anglais de type Cambridge, leur permettant ainsi de certifier d’un certain niveau linguistique. Cette réforme n’a donc pas pour vocation de laisser le choix aux étudiant.e.s, les tests seront obligatoires.

 

Nous saluons la démarche du gouvernement, mais nous ne pouvons pas accepter ce projet. Il est essentiel d’y incorporer la notion de “droit”, et également d’ouvrir ces tests aux autres langues afin de faire perdurer le plurilinguisme

Une hausse des frais d'inscription des étudiants internationaux qui s'oppose aux valeurs de la FNAEL

La FNAEL s’oppose catégoriquement à l’annonce de la hausse des frais d’inscription des étudiant.e.s extracommunautaires dans le cadre de la stratégie “Bienvenue en France” !

 

L’investissement massif de l’État est plus que nécessaire dans l’Enseignement Supérieur français. Ce n’est pas aux étudiant.e.s étranger.e.s de faire les frais d’une politique incohérente !

Indignation sur les violences à l'UFR LCE Nantais !

La FNAEL condamne les violences apparues hier, à la Faculté des Langues et culture et langues étrangères de l’Université de Nantes  ! Ces comportements doivent cesser et un dialogue doit s’instaurer. L’Université de Nantes doit prendre les mesures adéquates afin que le personnel et les étudiants puissent se réunir et être en sécurité !

 

Courage au BULE Nantes, aux étudiants linguistes et à Monsieur le doyen, Didier Delorme.